«

»

Juin 02

Imprimer ce Article

Newsletter n°12 “Youpi ! On avance car il recule.”

C’est une certitude. Enfin ! Le virus recule. La bagarre n’est pas encore gagnée. C’est vrai. Nous devons rester prudents et sérieux. Le masque et les gestes barrières s’imposent toujours pour continuer à ralentir la propagation de l’épidémie. Mais malgré tout, les nouvelles sont suffisamment bonnes pour que nous puissions crier « Youpi ! » et nous réjouir (ou inversement).

La deuxième phase du déconfinement qui commence nous donne un peu plus d’air, nous permet d’envisager un quotidien moins pesant. Rien n’est fini. Tous les problèmes causés par la pandémie ne sont pas résolus. Loin de là. Malheureusement. Mais nous avançons vers le mieux et cela fait un bien fou. Alors encore une fois, tout simplement, – car ces derniers mois nous n’avons pas eu souvent d’occasions de le faire  – réjouissons-nous : « Youpi ! ».

Au sommaire cette semaine :

  • Le centre social : quoi de neuf ?
  • Culture du cœur : #Allôlartiste ?
  • Des nouvelles des cours de français
  • « Coccinelles, Abeilles & Compagnie » : petite balade ensoleillée
  • Le coin des artistes 
  • Et pour finir, une chanson

 

LE CENTRE SOCIAL : QUOI DE NEUF ?

Comme vous le savez, depuis le 11 mai dernier, un accompagnement administratif ou des temps d’écoute vous sont proposés par l’équipe du centre social, sur rendez-vous,

Pour cela, il vous suffit d’appeler au 01 69 25 40 20.

 

Mais depuis cette semaine, – « Youpi ! » –  deuxième phase de déconfinement oblige, le centre social rouvre ses portes :

du lundi au vendredi

de 14h à 18h

Au programme, pour le moment, pas grand-chose. Si ce n’est l’essentiel : la possibilité de se revoir, d’avoir de vos nouvelles, de discuter avec vous de ce qui nous est arrivé durant ces dernières semaines. De plaisanter. De rire. Et, pourquoi pas, de commencer ensemble à imaginer l’avenir.

Pour le moment, le protocole sanitaire stricte qui est imposé aux structures accueillant du public, la distanciation physique nous limitent dans l’action, nous empêchent de reprendre la majeure partie de nos activités. Mais un premier pas est enfin franchi. Celui des retrouvailles. Alors ne boudons pas notre plaisir – « youpi ! » –  et à bientôt.

IMPORTANT

dans la mesure du possible,

pour la sécurité de tous,

n’oubliez pas votre masque.

 

CULTURE DU CŒUR : #Allôlartiste

Comment ça marche ?

Appelez-le

04 37 21 31 37

(prix d’un appel local)

Écoutez un conte, une chanson, une saynète de théâtre…

Et laissez-vous porter par la voix d’un artiste !

 

Culture du Cœur  est une association qui travaille, en tant normal, à rendre les spectacles et l’art accessibles à tous.

Durant cette période si exceptionnelle, si étrange, où les théâtres et les salles de concerts sont restés fermés, le dispositif  #Allôlartiste a été imaginé par cette association pour proposer une alternative.

Le principe en est très simple :

  • Vous composez un numéro de téléphone non surtaxé
  • vous vous retrouvez en ligne en direct (et collectivement) avec un artiste
  • vous n’avez plus qu’à écouter l’histoire, le conte, la saynète de théâtre, la chanson proposée

 

Aucune inscription n’est nécessaire, il vous suffit d’appeler à l’heure précise.

Du lundi au vendredi, chaque jour, trois créneaux horaires sont proposés : 11h – 17h – 19h.

A noter que :

  • Les « séances » des mercredis à 11h et 19h sont destinées plus particulièrement aux enfants.

 

Pour vous donner envie de tenter l’aventure voici le programme des trois prochains jours :

Si vous souhaitez connaître le programme complet du mois de juin, vous pouvez cliquer ici

Et si vous avez des questions, si vous avez besoin d’en savoir plus, si vous voulez des précisions, n’hésitez pas appelez – nous : 01 69 25 40 20……. ou passez-nous voir au centre social l’après-midi.

 

DES NOUVELLES DES COURS DE FRANÇAIS

Côté cours de français, les apprenants se sont prêtés au jeu de l’écriture … en répondant aux questions que posait la newsletter n° 10 :

  • Quelle réouverture imaginée en tenant compte de la contrainte d’un protocole sanitaire très stricte ?
  • Quelles activités vont pouvoir reprendre ?
  • Quelles sont celles qu’il va falloir complètement réinventer ?
  • Comment vous associer à cette reconstruction, vous qui fréquentez la structure, vous qui attendez impatiemment de pouvoir y revenir ?

ADA

« Evidemment la situation actuelle est très bizarre et nous n’aurions jamais pu imaginer cela.

Malgré tout il faut que nous restions très optimistes et faire tout notre possible pour reprendre notre vie habituelle.

Concernant le centre social comme les autres institutions de service public, il se développera, peu à peu, de nouveau.

Je pense que les activités du centre se feront avec moins de monde dans une salle pour garder cette distance obligatoire entre les uns et les autres et pour le moment avec un masque.

Les newsletters sont aussi une très bonne idée car tout le monde peut partager des idées d’activités à faire ou déjà faites.

Les ateliers de cours de français peuvent continuer par vidéo car la plupart des apprenants a un ordinateur ou un téléphone portable. La distribution des cours est aussi une bonne idée et on peut aller les récupérer au centre.

Les activités pour les petits seront difficiles car la plupart d’entre eux ne comprend pas bien ce qui se passe.

Les sujets importants peuvent être discutés via l’application zoom.

Mais je pense que la plupart des personnes est sociable et que rencontrer d’autres signifie beaucoup.

Quand nous voyons un adulte ou un bébé sourire, c’est moralement bon !

Il est difficile de ne pas faire d’activités qui correspondent aux attentes du public qui sont destinées à cet effet : la sociabilité ! »

—————————————————

ELENA

   Si les chefs d’Etat avec les conseils avisés de milliers de spécialistes, imaginent une réouverture progressive, on peut essayer faire la même chose. La Mairie a déjà développé des mesures à respecter en cas d’ouverture progressive pour les écoles, mesures que nous pouvons également adopter : masques, petits groupes, distance de sécurité.

     La priorité devrait être accordée aux personnes ayant des problèmes, des besoins spécifiques…. Puis viendraient  les activités qui se déroulent en petits groupes. Et pour les grands groupes, une bonne idée serait de faire d’abord une enquête : « qui veut continuer à y participer et qui ne veut pas ? » Car dans le cas des écoles, de nombreux parents ont choisi de garder leurs enfants à la maison et comme ça les grands groupes deviendraient des groupes plus petits et plus faciles à gérer.

     Une autre idée pourrait être l’alternance des gens, une semaine certains, une semaine d’autres … en respectant les mesures de sécurité. Avec la grande chance de vivre à l’ère de la technologie certains objectifs peuvent être atteints en ligne.  Personnellement je n’aime pas l’idée, mais comme certaines écoles ont mis en place des cours en ligne pour leurs enfants (ce sont les enfants qui ont suivi ces cours), notre cours de français pourrait aussi continué à être organisé de cette façon.

     Et pour la stérilisation permanente des surfaces utilisées, la seule solution que je vois c’est que ce serait aux participants de s’en occuper. Et avec ça je pense que j’ai eu déjà un peu trop d’idées.

———————————————–

SANDRA

Compte tenu de la situation actuelle, je ne vois pas comment reprendre les cours de français dans le centre social, avec toutes les mesures de sécurité imposées (principalement la distance sociale).

Cependant, je trouve que le centre social s’est bien adapté afin que nous continuions à nous socialiser, à rester en contact les uns avec les autres et ce qui le plus important, surtout pour moi, à continuer d’apprendre le français. Même si c’est à distance ! Même si on ne se voit pas !

Je ne sais pas quand viendra le « jour d’après », je ne sais pas comment ouvrir le centre social et toutes ses activités avec toutes les mesures de sécurité à mettre en pratique. Je ne sais pas s’il y aura un nouveau confinement mais je sais que quoi qu’il arrive, cette dynamique nous a permis de rester en contact et qu’elle nous a probablement déjà sauvés de ce virus.  

——————————————

 ANNE

S’agissant de la réouverture du centre, je pense qu’il est possible d’envisager cela sur  la base d’un nouveau système semi-alterné, complété par des travaux à domicile (TAD). C’est-à-dire que pendant que certains seraient en cours, d’autres feraient des TAD et vice-versa. 

Par exemple: deux jours de cours au centre, soit chaque lundi et jeudi et deux jours de TAD, soit chaque mardi et vendredi. 

S’agissant de la reprise d’activité, le cours de français faisant partie du programme principal dans le cadre de l’alphabétisation et de l’intégration doit être retenu au programme.

Quant aux autres activités, vous pourriez apprécier de la nécessité de chacune de respecter les mesures sanitaires. (En fait cette nécessité est la même pour toutes les activités ; ce sont les conséquences pratiques qui peuvent varier d’une activité à l’autre).

S’agissant de réinventer ces activités, je pense qu’à l’exception du français qui doit tenir compte d’un programme strict, toutes les autres activités peuvent être réinventées. Étant plus pratiques que théoriques, on pourrait ici recourir au télétravail ou mieux aux télé-ateliers pour la cuisine, la couture… 

Enfin, personnellement, je peux m’associer à cette reconstruction en adoptant moi-même les bons gestes, en étant disciplinée, en respectant les nouvelles règles du centre  et en m’adaptant aux nouvelles pratiques des cours.  

——————————————–

DINA et PAOLO

Le Centre Social n’est pas seulement l’endroit où mon mari et moi allons apprendre le français. C’est beaucoup plus que cela : nous y trouvons des employés fantastiques, rigoureux dans leurs méthodes de travail, des bénévoles toujours prêts à clarifier nos doutes et des personnes qui sont plus que des camarades de classe. Des amitiés se sont formées  au Centre.  Nous découvrons les coutumes et les habitudes  mais aussi d’autres cultures et coutumes, toujours en respectant l’opinion des autres, notamment parce que Brigitte s’y emploie. L’effort et la bonne volonté de Brigitte et des bénévoles nous a permis de continuer à faire des exercices et des rédactions qui nous sont envoyés par courriel Ainsi, nous ne perdons pas le matériel pédagogique et nous restons occupés.

L’une des idées pour le Centre Social serait de rouvrir et de mettre 5 à 6 personnes dans chaque salle avec un bénévole, mais cela serait compliqué parce que l’espace est petit.

Nous pourrions faire quelque chose à la fois ou à nouveau dans le jardin de la mairie, qui a beaucoup d’espace et ainsi nous pourrions faire plusieurs groupes avec plus de gens. Ce serait pour être tous ensemble et parler de certains sujets ou pour montrer ce que nous avons fait pendant le confinement.

Une autre idée serait d’utiliser une salle d’exposition ou une salle de cinéma qui ont un grand espace Bien sûr, tout cela en respectant toujours les normes de sécurité. Il faudrait de toute façon que ce soit un grand espace parce que nous sommes si nombreux dans les cours, près de 120 personnes ou plus.

   Pratique et théorie de Paulo :Idées pendant le confinement”

 

L’idée de faire les deux maisons et le parc est venue après une blague avec ma femme. Un jour, quand je l’ai vue faire ses bricolages, je me suis souvenu lui avoir dit que j’allais faire une voiture en bois, ou que j’allais faire un pont. J’ai donc commencé par faire une maison avec des cure-dents, pour voir à quoi ça ressemblait. J’ai utilisé une petite pince coupée, un pistolet à colle chaude, des pinces à épiler.  La chose la plus compliquée était de faire le toit, et de trouver la bonne pente. Pour la deuxième maison, je me suis souvenu des chalets. J’ai commencé par prendre des mesures pour ne pas le faire trop grand. J’ai commencé par couper quelques morceaux de divers matériaux avec une petite machine. J’ai coupé deux morceaux de plaque de comptoir, l’un pour le sol, l’autre pour le toit. Puis j’ai voulu mettre une porte qui s’ouvre, construire un mur sous le toit fait de petites pinces à linge et une terrasse. Pour les fenêtres, j’ai utilisé à nouveau des cure-dents. C’était assez facile à faire. Pour le dernier projet je me suis souvenu des films avec un pont et des maisons dans les arbres, j’ai confronté les deux idées et un parc est sorti. Ce dernier projet a été plus compliqué parce qu’il y avait des petites pièces pour lesquelles j’ai utilisé de nombreuses fois la colle chaude, une équerre pour essayer que ça soit aussi droit que possible. J’ai utilisé une perceuse et des ciseaux pour faire les cordes du pont. Ces trois maquettes ont toutes été fabriquées avec du matériel trouvé dans la rue, ce que les gens ont jeté. C’était plaisant de faire ces trois maquettes, et ça m’a aidé jusqu’à présent en raison du confinement, et même ma femme et moi car elle m’a aidé dans ces projets en les peignant.  C’est un vrai travail d’équipe. Mais je ne vais pas en rester là. J’ai déjà un nouveau projet à faire qui cette fois est encore plus grand et plus difficile : je vais faire un pont. Nous devons nous occuper jusqu’à ce que le confinement soit terminé.

COCCINELLES, ABEILLES ET COMPAGNIES : petite balade  ensoleillée

Comme vous le savez déjà, le jardin partagé du centre social “Coccinelles, abeilles et compagnie” n’a pas souffert du confinement. Les membres du collectif de jardiniers se sont organisés et relayés pour, dans le respect des règles de déplacement, aller l’entretenir.

Aujourd’hui, le jardin est resplendissant est ne semble en rien affecté par l’entêté virus.

La preuve en images grâce aux photos de Jocelyne et Dany qui nous offre une très jolie balade ensoleillée et fleurie :

 

LE COIN DES ARTISTES

Les membres de l’association Créa’mosaïque ne se sont pas découragés durant le confinement. L’imaginaire et la créativité leur ont permis de mieux vivre ce moment d’isolement. Certaines de leurs réalisations ont d’ailleurs été montrées dans des Newsletter précédentes.

Aujourd’hui, grâce au déconfinement, ces passionnées sont heureuses de pourvoir enfin se retrouver, se réunir à nouveau. En petit groupe. Mais, malheureusement, pas encore dans leur quartier général historique, le centre social.

Voici trois de leurs derniers travaux et, à la suite, en bonus, pour évoquer le bon vieux temps d’avant, des photos de la dernière exposition de l’association organisée en  début d’année au centre social.

 

 

ET POUR FINIR, UNE CHANSON

Pour terminer cette douzième Newsletter, nous avons eu envie de partager avec vous une très jolie surprise qui a atterrie dans la boîte mail du centre social de la part de Marie – Thérèse (bénévole donnant des cours de français) et son mari. Une surprise pleine d’optimisme qui fleure bon la générosité et la solidarité :

 

« Bonjour à vous toutes et tous,

Nous espérons que tout va bien pour vous et votre famille,

le soleil est présent pour que l’on se promène sans attestation.

Nous vous présentons cette chanson pour vous distraire.

Nous vous souhaitons une bonne journée.

Marie-Thérèse et Jean-Paul ALEXANDRE »

Pour écouter leur chanson, CLIQUEZ ICI

 

THE END

 

Lien Permanent pour cet article : https://csnelsonmandela.centres-sociaux.fr/newsletter-n12-youpi-on-avance-car-il-recule/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aller au contenu principal